Filtrer par

Grebo

Les Grebo sont arrivés du sud du Sahara vers 1550. Ils se sont installés sur la côte du Libéria, à l'ouest de la rivière Cavally. Comme les Bété qui leur sont apparentés, ils échappent à l'association Poro qui régit toute la vie politique et religieuse de la majeure partie de l'Afrique de l'ouest. Divisés en clans, les Grebo se choisissaient autrefois un chef, bodio, qui assumait également la fonction de grand prêtre. Une fois nommé, le bodio devait résider à l'écart dans une hutte, takae, construite en une journée par les hommes du clan. Il consacrait son temps à la méditation et sujet à de nombreux interdits. Au niveau de l'art traditionnel, les Grebo sculptent des masques qui incarnent les esprits du monde invisible résidant dans la forêt. Fabriqués par des initiés de haut niveau, ces masques apparaissaient lors de rituels réservés aux initiés et lors de fêtes où toute la population pouvait les voir.
Les statues et figures sont très rares. Un type de masques est caractérisé par une face massive surmontée de deux cornes de buffle, comme dans le masque de guerre des Bété. Le deuxième type de masque tribal représente l'idéal féminin, les fentes des yeux et la douceur de l'expression le rapprochent du masque deangle des Dan. Dans l'intérieur du Libéria, le visage féminin est l'image de la communauté idéale et apparaît fréquemment sur les cuillères, bâtons de commandement et support de jeux. Le troisième type de masques, plus abstrait et plat, est formé d'une planche portant des yeux tubulaires. Certains sont divisés en plusieurs espaces horizontaux, marqués aux niveaux des arcades sourcilières et de la lèvre supérieure. Cet espace-plan rappelle l'art des Toma. L'isolement géographique des Grebo a laissé longtemps supposer qu'ils étaient dépourvus de sculpture.

Veuillez nous excuser pour le désagrément.

Effectuez une nouvelle recherche